Lettre 9 - A Susan Dagnall, George Allen & Unwin Ltd
Aller directement une autre traduction :
Traduit par Olivia
[Tolkien écrivit la majeure partie du Hobbit au cours de ses sept premières années en tant que Professeur d'Anglo-Saxon à Oxford. Un texte existait aux environs de l'hiver 1932, période à laquelle il fut lu par C.S. Lewis, bien qu'à ce stade
manquassent apparemment les derniers chapitres, et s'arrêtait peu avant la mort du dragon Smaug. Cet imprimé fut par hasard vu par Susan Dagnall, une diplômée d'Oxford travaillant pour la maison d'édition Allen & Unwin, et elle encouragea Tolkien à terminer l'histoire et à en permettre la publication. Voir n°s 163, 257, et 294 pour le compte rendu de Tolkien sur son investissement dans le livre, même si deux de ces lettres suggèrent par erreur que Susan Dagnall était toujours étudiante à Oxford quand elle lut le manuscrit. Voir plus loin Biography p 180. Ce fut le 3 octobre 1936 que Tolkien envoya le texte entièrement tapé à Allen & Unwin. Stanley Unwin, fondateur et dirigeant de l'entreprise, répondit le 5 octobre qu'ils donneraient leur "considération immédiate et attentive" au livre. Il ne subsiste pas de correspondance plus approfondie jusqu'à la lettre suivante. Vers le moment où Tolkien l'écrivit, la publication du livre avait été acceptée, et il préparait déjà cartes et illustrations.]

20 rue Northmoor à Oxford

Le 4 janvier 1937

Chère Mademoiselle Dagnall

Cartes & illustrations pour "Le Hobbit".

            Je suis navré de ce long retard. Je fus indisposé pendant quelque temps, puis préoccupé par une famille tout entière affaiblie par la grippe, ramenée de l'école pour la ruine totale de Noël. Je succombai moi-même le soir du Nouvel An. C'était difficile de faire quoi que ce soit, et ce que j'ai accompli est, je le crains, assez insignifiant. J'ai redessiné deux illustrations : le plan, qui doit être intégré au récit (au Chapitre 1), ainsi que la carte générale. Je puis seulement espérer - attendu que j'ai peu de talent, et aucune expérience en la préparation de pareilles choses pour la reproduction - qu'ils puissent peut-être servir. J'ai décidé que les autres cartes n'étaient pas souhaitables.
            J'ai redessiné (autant que j'en suis capable) une ou deux illustrations d'amateur du "manuscrit père", concevant qu'elles pourraient servir comme feuilles de fin, couverture ou je ne sais quoi. Je pense à toutes ces choses qui, si elles étaient meilleures, pourraient constituer un embellissement. Mais cela peut être impossible à ce stade, et en tous cas elles ne sont pas très bonnes et pourraient être techniquement inadaptées. Ce serait aimable de me retourner les rejetées.