Feuille, de Niggle

Date de la première parution : 1945, dans The Dublin Review, chez Burns Oates & Washbourne Ltd.
Date de la première parution en français : 1974, chez Christian Bourgois Editeur (inclus dans Faërie et autres textes).

Résumé : Même si Tolkien n'aimait guère les allégories, il savait les utiliser à merveilles, comme le montre cette œuvre composée alors qu'il peinait tant à continuer Le Seigneur des Anneaux. Niggle est un peintre qui s'est attelé à la tache de sa vie, la peinture de son grand arbre. Les feuilles qu'il peint sont d'ailleurs d'une exquise beauté. Mais Niggle vit dans un monde où l'art n'a pas grande valeur, et où le devoir, quand ce n'est pas son ingrat de voisin, l'appelle sans cesse à gauche et à droite, laissant sa peinture inachevée. Niggle doit alors effectuer un long voyage, qui l'emmènera dans une institution de travail, puis dans une forêt dont il deviendra le jardinier. Une forêt bien particulière, puisqu'il y trouvera le grand arbre de sa peinture, et bien d'autres choses encore.

Résumé par Dior